Sur les chemins noirs – Sylvain Tesson

J’avais voulu lire ce livre un peu par curiosité suite à la venue de Jean Dujardin dans le Cotentin il y a environ 5 semaines pour tourner l’adaptation cinématographique de cet ouvrage. Et quelle ne fut pas ma surprise ! J’ai été conquise ! Ce récit m’a impressionnée par son écriture étonnante, une écriture authentique et inspirée avec de nombreuses références d’auteurs et de citations, certaines soulignant la formation de géographe de l’auteur.

Suite à sa chute d’un toit et après avoir été hospitalisé 4 mois, Sylvain Tesson choisit de faire sa rééducation lui-même et décide de traverser la France à pied en empruntant les chemins noirs – il ne s’agit évidemment pas des sentiers de randonnée actuels mais bel et bien des sentiers anciens et ruraux utilisés autrefois par les paysans, des sentiers qui n’existent presque plus. Accompagné certains jours sur son parcours par ses amis Cédric Gras, Arnaud Humann et Thomas Goisque ou encore par sa soeur , l’auteur part finalement à la rencontre d’une France rurale en train de disparaître, effacée peu à peu par une transformation du paysage géographique français au cours des dernières décennies. Il entame alors une sorte de « journal de marche » où il raconte ce périple l’amenant chaque jour à se dépasser un peu plus pour finalement l’entraîner à la découverte de lui-même.

Il part le 24 août du Mercantour pour arriver le 8 novembre à Jobourg dans le Cotentin, en passant par le Comtat Venaissin, le Mont Vézère (Cévennes), l’Aubrac, les Monts du Cantal, Ussel, la Touraine, Laval, le bocage mayennais, le Mont-Saint-Michel et le littoral de la Manche. L’auteur dévoile tour à tour son regard à la fois de botaniste, de naturaliste et bien évidemment de géographe.

En lisant cet ouvrage, je lis une ode à la ruralité et à la nature, aux paysages ruraux et sauvages qui se raréfient de plus en plus en France. L’auteur célèbre ce retour à la nature, cette nature à la fois calme et apaisante mais aussi vivifiante. Toujours ce retour à l’essentiel.

Son écriture m’a frappée par toute cette richesse de références. Sylvain Tesson dépose ici et là avec justesse des citations d’Epicure, de Xénophon et son Economique, de Fernand Braudel évidemment, de Charles Maurras, Tolstoï, Lamartine, Rousseau, Nerval, Lévi-Strauss, Théophile Gautier, Giono, Pagnol, Cocteau et bien d’autres encore. Il parle à plusieurs reprises de notre dandy cotentinois, Jules Barbey d’Aurevilly. Qui peut citer tous ces auteurs de nos jours en si peu de pages et avec tellement de justesse ? Il évoque aussi des peintres comme Géricault, Cézanne ou encore Picasso.

Pour ce qui est de la Manche, Sylvain Tesson parle brièvement du Mont-Saint-Michel, puis remonte vers le Cotentin avec Genêts, Granville, où les chemins du littoral prennent le relais des chemins noirs, enchaîne avec Pirou-plage, Lindbergh-plage, Le Rozel, remarquant les murets des bocages et la haie bocagère, Flamanville, Sciotot, Diélette, le cap de la Hague, les dunes de Biville, le nez de Jobourg, le phare de Goury et pour finir, le sémaphore de la Hague et Omonville la Rogue.

Ce livre s’achève malheureusement trop vite comme si l’auteur était pressé d’arriver dans la Hague et d’en finir avec ce long périple. A mon grand regret, Sylvain Tesson décrit finalement très peu le Cotentin et ses chemins. Il n’en reste pas moins que c’est un très bon livre et que je le recommande vivement.

Pour les Cotentinois(es), vous pourrez retrouver ce livre à la bouquinerie Le Vent des Livres dès demain.

Et pour celles et ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé ?

Citation de la semaine

Vol d’oiseaux dans la baie du Mont-Saint-Michel

« Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain« .

Roland Dorgelès.

Pour tous celles et ceux qui, comme moi, ont une âme de voyageur et rêvent de partir à nouveau …

Belle semaine.

Citation de la semaine

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux ».

Marcel Proust

Cette photo montre les ruines de l’ancienne église St-Thomas à Lithaire, vestiges d’un passé sur le Mont-Castre où s’entremêlent religion catholique et rituels druidiques révélés par la présence d’un autel.

Belle semaine.

Citation de la semaine

Avec ce temps automnal plutôt gris et frais aujourd’hui et mon manque de motivation aussi, j’avoue, deux possibilités s’offrent à moi : m’installer bien confortablement en mode cocooning sur mon canapé avec un plaid, un bon livre et une tasse de thé – version mamie bien emmitouflée – ou regarder mes photos de voyages et laisser mon esprit s’évader dans des contrées lointaines et ensoleillées – version voyageuse avec un unique sac à dos et un appareil photo bien-sûr, à la découverte du monde et des gens. En l’occurrence, il s’agit des photos prises en Crète. La photo ci-dessus montre le port d’Elounda permettant d’accéder à l’île de Spinalonga, vous savez, l’île dont Victoria Hislop parle dans son roman L’île des oubliés.

Et cela me rappelle cette citation attribuée à Victor Hugo (est-ce vraiment lui qui l’a écrit, je n’en suis même pas certaine) : « J’ai l’esprit casanier et l’instinct voyageur« . Je suis les deux à la fois.

Et vous, vous êtes plutôt casanier ou voyageur ?

Belle semaine.

Citation de la semaine

Depuis le port d’Elounda en Crète direction l’île de Spinalonga

J’ai appris aujourd’hui la mort d’une personne qui a beaucoup compté pour moi à un moment de ma vie. Et je voulais que cette citation lui revienne. J’ai choisi une citation extraite du livre « Le prophète » de Khalil Gibran. J’aurais pu citer la partie consacrée à la joie et la tristesse ; j’ai préféré citer les deux dernières pages de son livre sur la vie et la mort, intimement liées, un long voyage sans fin :

« N’oubliez pas que je reviendrai vers vous.

Un petit instant, et mon désir recueillera poussière et écume pour un autre corps.

Un petit instant, un moment de repos dans le vent et une autre femme m’enfantera.

Adieu à vous et à la jeunesse que j’ai passée avec vous.

Ce ne fut qu’hier que nous nous rencontrâmes en un rêve.

Vous avez chanté pour moi dans ma solitude, et moi de vos aspirations j’ai bâti une tour dans le ciel.

Mais à présent notre sommeil a fui et notre rêve est passé, et ce n’est plus l’aube.

Le milieu du jour est sur nous et notre demi-réveil s’est transformé en plein jour, et nous devons nous séparer ».

Belle semaine.

Citation de la semaine

Photo prise depuis la dune du Pyla (ou Pilat)

Le temps n’est pas très clément pour un mois de mai. C’est la raison pour laquelle j’avais envie de citer Jacques Prévert :

« De deux choses l’une. L’autre c’est le soleil« .

Le soleil qui réchauffe le cœur existe sous plusieurs formes. Alors quoi qu’il arrive, continuez à laisser entrer le soleil dans vos vies.

Belle semaine.

Citation de la semaine

St Pierre & la Montagne Pelée en Martinique

En ces temps très particuliers, parce que nous sommes de nouveau confinés, on nous empêche physiquement de voyager à travers les départements et les régions de la métropole, d’aller dans les départements et régions d’outre-mer, de nous rendre dans les autres pays. Toutefois, on ne peut et on ne pourra en aucun cas nous empêcher de voyager par l’esprit en lisant, en se documentant, en admirant des photos pour préparer nos prochains voyages, nos prochaines vacances ou même en entreprenant un voyage intérieur à la rencontre de soi.

C’est pourquoi, j’avais envie de partager avec vous cette citation d’Aimé Césaire que j’aime tout particulièrement et qui se prête bien aux circonstances :

C’est le voyage jusqu’au bout de soi qui nous fait découvrir l’ailleurs et le tout.

Et parce que nous avons tous besoin de voyager de n’importe quelle manière que ce soit, je vais continuer de publier des photos de ma région bien évidemment mais aussi des autres départements, régions, îles et pays que j’ai eu la chance de découvrir. J’espère que cela pourra contribuer à vous évader.

Belle semaine à toutes et à tous.