Citation de la semaine

« On ne se reverra pas. […] Pourtant, je sais au plus profond de moi que je ne les oublierai jamais. Un jour, je te parlerai de ces personnes qui ne font que traverser notre vie, mais la marquent à tout jamais. Un jour, je te raconterai ces rencontres éphémères indélébiles.« 

Virginie Grimaldi, Et que ne durent que les moments doux.

Il y a effectivement des rencontres dans nos vies qui nous marquent plus que d’autres, d’autres qui changeront notre vie à tout jamais … Des rencontres inattendues mais des rencontres qui s’avèrent inespérées … Des rencontres qui bouleversent, des rencontres qui font du bien, des rencontres qui font voir la vie autrement. Et aujourd’hui, ce sont ces rencontres que j’avais envie de célébrer.

Je vous parle prochainement de ce roman de Virginie Grimaldi dans une chronique.

Belle journée.

Citation de la semaine

Parce qu’aujourd’hui c’est la fête des mères, j’avais envie de citer Romain Gary dans « La Promesse de l’aube », une citation que Virginie Grimaldi reprend d’ailleurs à juste titre au début de son roman « Il est grand temps de rallumer les étoiles » : Elle avait des yeux où il faisait si bon vivre que je n’ai jamais su où aller depuis.

Dans les yeux d’une maman, on y voit souvent un refuge, un réconfort, un havre de paix, une lumière qui brille tel un phare qui montre le chemin … et surtout un amour inconditionnel parce que dans Maman il y a la lettre « M » comme le verbe « aimer ». Et cet amour inconditionnel entre une mère et ses enfants ne s’explique pas, il se vit. Alors profitez chaque jour et prenez du temps pour celle qui vous a donné la vie.

Mais pas de fête des mères sans enfant. Ces mêmes sentiments de joie, de réconfort et d’amour, on peut aussi lire parfois dans les yeux de ses enfants. Et c’est cela aussi la raison d’être d’une maman.

Plus qu’une fête des mères, cette journée célèbre ce lien indéfectible qui unit une mère et son enfant.

Belle semaine.

Citation de la semaine

« Accepter de le laisser partir ne signifie pas arrêter de l’aimer. Pour cela, aucune thérapie ne peut vous aider. Seul le temps le peut. »

Virginie Grimaldi, Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie.

Qu’il s’agisse du deuil ou de la fin d’une histoire d’amour ou d’amitié, cette citation s’applique à chaque fois. On ne peut que l’accepter pour se sentir mieux. Ce n’est pas simple (si cela se faisait en un claquement de doigts, cela se saurait !) mais c’est seulement lorsque nous sommes dans l’acceptation que l’on peut commencer à ressentir ce sentiment d’apaisement et de « mieux-être ».

Belle semaine.

Citation de la semaine

Après avoir eu un réel coup de coeur en lisant le roman de Virginie Grimaldi, j’avais envie de partager avec vous cette citation tellement sensée :

« Ce n’est pas parce que cela ne se termine pas vous le voulez que ça ne se termine pas bien […] Il n’y a que vous qui pouvez décider de tirer du positif de chaque événement. C’est la seule chose que l’on peut vraiment contrôler. Depuis plusieurs mois, vous vous autorisez à aller mal. C’est le seul moyen d’aller mieux« .

Virginie Grimaldi, Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie.

S’autoriser à aller mal parfois, lâcher prise et choisir de ne voir et de ne retenir que les choses positives …

Passez une excellente semaine.

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi

Je connaissais déjà Virginie Grimaldi pour avoir lu son tout 1er roman Le premier jour du reste de ma vie qui m’avait beaucoup fait rire parce que c’est un livre léger, sans prise de tête, qui fait du bien au moral, un livre à lire pendant ses vacances.

La tonalité du roman Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie est tout à fait différente. On retrouve assurément les chapitres courts et percutants avec toujours des passages très drôles qui font sourire et parfois rire. Je pense notamment au petit clin d’oeil fait à René la taupe … mais je n’en dirais pas plus !

Mais il y a dans ce livre quelque chose qui fait que Monsieur ou Madame tout le monde s’identifiera à un moment ou un autre de l’histoire. Ces scènes de vie de famille et de secrets de famille, ces moments du quotidien, ces tranches de vie que l’on a tous vécu à un moment de notre existence dégagent des moments d’émotions. Et puis, on se fait surprendre, on ne prévoit pas cette fin inattendue. L’auteure aborde un sujet particulièrement difficile à vivre. Comme elle le dit elle-même à la fin de son ouvrage, c’est un livre très personnel où elle nous dévoile ici une partie d’elle-même. Pour pouvoir aborder ce sujet de cette manière et pour se livrer de cette façon, il faut l’avoir vécu. C’est un roman touchant et sincère, rempli d’une sensibilité que je n’avais pas trouvée dans son 1er roman. C’est aussi ce qui fait que je l’ai davantage apprécié.

Certains écriront que ce livre est quelque peu déprimant, que ce n’est pas un roman feel-good. C’est certes vrai mais c’est selon moi une écriture plus profonde et au final plus positive qui raconte l’histoire d’une femme qui se relève petit à petit avec cette forte envie de vivre et d’aller de l’avant :

« – C’est quand on est à l’apogée du malheur que l’on apprécie le plus le bonheur.

Mais alors cela veut dire qu’il faut rester malheureux ?

Pas du tout ! Ca signifie que, quelle que soit la situation, le positif est là pour ceux qui savent le voir. Une fois qu’on le sait, tout a plus de saveur.

Nous observons en silence les gouttes qui ruissellent sur la vitre. J’ai compris le message. Je ne dois plus avoir peur des orages. Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie ».

Et en ayant lu ce livre, comment ne pas penser à la célèbre citation – attribuée à tort à Sénèque – qui nous rappelle que « La vie, ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie« .

Et vous avez-vous lu ce roman de Virginie Grimaldi ? Qu’en avez-vous pensé ?

Citation de la semaine

Cette semaine, j’ai de nombreux livres à vous présenter dont un qui m’a particulièrement plu parce que l’auteure a donné beaucoup d’elle-même et de son vécu pour l’écrire, ce qui le rend vraiment authentique. Il s’agit du roman de Virginie Grimaldi, Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie. En voici un extrait :

« – C’est quand on est à l’apogée du malheur que l’on apprécie le plus le bonheur.

– Mais alors, ça veut dire qu’il faut rester malheureux ?

– Pas du tout ! Ca signifie que, quelle que soit la situation, le positif est là pour ceux qui savent le voir. Une fois qu’on le sait, tout a plus de saveur.

Nous observons en silence les gouttes qui ruissellent sur la vitre. J’ai compris le message. Je ne dois plus avoir peur de orages. Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie ».

Voir le positif en toutes circonstances, voir le positif en ce moment, c’est plus qu’essentiel. Vous ne trouvez pas ?

Belle semaine.

Le premier jour du reste de ma vie – Virginie Grimaldi

Si vous avez le cafard et que vous avez besoin d’un petit remontant, c’est le livre à lire ! Si vous ne voulez pas vous prendre la tête et que vous êtes en vacances, vous avez aussi fait le bon choix. Plus d’infos sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Grimaldi-Le-premier-jour-du-reste-de-ma-vie/678249

Avec ce premier roman, Virginie Grimaldi propose un réel feel-good book : des personnages touchants et attachants, une écriture très fluide et légère qui garantit la bonne humeur. On sourit, on rit et on pleure … de rire ! Un livre qui fait que chaque femme reconnaîtra forcément dans ce livre un moment vécu de sa vie. En bref, ce n’est que du bonheur !

Sur la couverture il est écrit : « On sourit, on respire, on se sent bien ! » Et c’est tout à fait ça. Avec « Le premier jour du reste de ma vie » (Attention rien à voir avec le film ), on prend un vrai bol d’air frais et ça fait tellement de bien !