Le bazar du zèbre à pois – Raphaëlle Giordano

Un ENORME COUP DE COEUR pour ce livre, une de ces lectures qui tiennent une place déterminante dans nos vies parce qu’elles influencent nos choix. Je ne vous dirais pas le contraire, je suis une fan inconditionnelle de Raphaëlle Giordano. Chacun de ses livres m’a apporté un petit quelque chose, m’a permis de voir les choses différemment et parfois, comme celui-ci, m’a convaincu de passer l’action. J’ai acheté ce roman dès sa parution. J’ai tout de suite adoré sa couverture pétante. Il est vrai que je ne l’ai pas lu aussitôt mais je l’avais glissé bien précieusement dans ma pile à lire. Peut-être n’était-ce pas encore le moment de le lire. Qui sait ?

Il n’y a jamais de hasard dans la vie. J’ai lu ce roman durant l’été dernier, à une période de ma vie où j’ai pris conscience que, certes je menais une vie confortable mais mon travail ne me convenait plus, je m’ennuyais sur le poste administratif que j’occupais, je ne rentrais pas dans le moule des agents exerçant dans la fonction publique. Pire encore, je manquais de temps et pour mes enfants et pour moi, parce que quand on est mère célibataire H24 et que l’on bosse plus de 40h/semaine, c’est vite compliqué de s’organiser surtout lorsqu’il n’y a plus de grands-parents pour prendre le relais … pas de temps pour mettre en place ce projet professionnel qui me tenait à coeur depuis plusieurs mois déjà, plus de temps de prendre le temps ! Bref, il fallait remédier à la situation !

Et c’est là qu’interviennent les personnages de ce livre : Basile, un « audaciel » qui a ouvert cette incroyable boutique, « Le Bazar du zèbre à pois » parce qu’il veut revenir à l’essentiel ; Giulia, une mère célibataire, « nez » qui a perdu toute motivation dans son travail et qui est à la recherche d’un projet novateur qui a du sens ; et puis son fils Arthur, adolescent qui ne demande qu’à exprimer son talent. Ces personnages et leur histoire m’ont évidemment touchée ; je me suis tellement reconnue dans le personnage de Giulia. Lorsque j’ai lâché ce livre que j’ai bien évidemment dévoré en quelques heures, j’ai pris conscience que j’étais moi aussi un drôle de zèbre, que j’avais en moi cette « audacité », ce « mélange d’audace et de ténacité, d’esprit d’ouverture et de soif d’entreprendre, propre aux doux rêveurs, aux fous et aux grands conquérants » et que j’avais besoin de le revendiquer ! J’étais déjà dans une dynamique d’envie de changement mais ce livre a fini de me convaincre que je devais faire le grand saut ou prendre un virage à 180 degrés – comme vous préférez – pour laisser derrière moi tout ce qui ne me faisait plus vibrer, pour m’accorder enfin le droit d’être qui j’étais vraiment. Et je l’ai fait ! J’ai enfin laissé mes peurs de côté et j’ai osé provoquer le changement. Aujourd’hui, je suis en pleine reconversion professionnelle. C’est très inconfortable comme situation pour le moment parce que mon projet n’a pas encore abouti mais il avance et il paraît que c’est le signe que je suis sur le bon chemin. Et je sens à présent que je suis exactement là où je dois être, à ma place. Je peux enfin « rêver plus grand, penser plus large, oser plus librement ». Voilà tout ce que ce livre m’a inspiré et ce n’est pas rien !

Et si vous aussi, vous étiez sans le savoir un zèbre ? Et si vous aviez, vous aussi, envie d’oser et de mettre plus de vie dans votre vie ? Je sais, vous vous dites que ça y est, j’ai basculé dans la folie et que cette chronique paraît complètement dingue. Mais lisez ce livre et vous comprendrez.

Et même si vous ne souhaitez rien changer à votre vie, n’hésitez pas à vous plonger dans le monde de la création, de l’invention et des fragrances. La plume de Raphaëlle Giordano est positive et légère et ça fait beaucoup de bien !

Et pour celles et ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé ?

Citation de la semaine

Inspirée par le roman de Raphaëlle Giordano, Le bazar du zèbre à pois, dont je rédige actuellement la chronique prochainement disponible sur le blog, j’ai envie aujourd’hui de citer un extrait de ce roman qui résonne en moi comme un écho :

« Vous voyez, quand je me suis lancée dans le métier de nez, j’avais l’espoir de réussir à provoquer des voyages sensoriels uniques grâce à mes parfums et à l’univers olfactif que j’allais créer. Tout comme Baudelaire savait me captiver avec ses fameuses Correspondances, je voulais, moi aussi, lancer mon « invitation au voyage », embarquer les gens dans mes parfums, leur permettre de revivre de fameuses mémoires sensorielles …« .

Ce métier de nez m’a toujours fasciné car il a cette capacité de vous porter en quelques secondes vers des contrées lointaines. J’ai d’ailleurs fait la rencontre d’Eugénie Berry de Fragrance Damiette la semaine dernière lors du Forum « Toutes pour elles – Osez entreprendre » à Cherbourg, qui, je pense, ne contredira pas cette citation. Et tout comme le personnage Giulia dans Le bazar du zèbre à pois, je veux provoquer cette invitation au voyage à ma manière à travers des visites, des ateliers d’échanges, des expos photos et encore bien d’autres surprises que je suis en train de concocter actuellement pour la création de mon entreprise.

Et vous qu’est-ce qui vous fait vibrer et vous donne envie de répondre à une « invitation au voyage » ?

Belle journée.

Citation de la semaine

« N’ayez pas d’ambitions modestes : elles sont aussi difficiles à atteindre que les grandes« .

Raphaëlle Giordano, Le bazar du zèbre à pois.

Voir grand et suivre son intuition. Voir toujours plus grand et voir bien au-delà.

Belle journée et belle semaine.

Photographie prise depuis le rivage à Quettehou avec l’île de Tatihou au loin.

Citation de la semaine

Lorsque je lis un livre, je prends parfois des notes : citations, observations, ressenti, …Et il m’arrive ensuite de reprendre ces notes pour me souvenir et pour trouver, à l’occasion, de l’inspiration. Aujourd’hui, j’ai eu envie de me replonger dans mes carnets et je suis tombée sur cette citation tirée de l’un de mes gros coups de cœur livresque d’il y a environ 3 ans, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano. Dans ce livre, il y a un passage sur le sourire qui m’avait beaucoup marquée :

« Un sourire ne coûte rien et il a pourtant une influence considérable sur votre entourage comme sur votre propre moral. Le bénéfice est double : « Vous connaissez bien sûr les paroles de l’Abbé Pierre ? « Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais donne autant de lumière ». Il m’a été démontré qu’un sourire sincère offert à quelqu’un peut entraîner, par réaction en chaîne, jusqu’à cinq cents sourires dans une journée ! Sans parler de ses bienfaits sur le cerveau et sur le corps !« .

C’est vrai, c’est tellement important de sourire et de rire et d’en prendre une bonne dose chaque jour. Ça ne coûte rien et ça fait tellement de bien !

Pour illustrer cette citation, je voulais un portrait. Toutefois, je fais très peu de portraits en dehors des photos de famille bien évidemment et d’un récent mariage où les mariés m’ont demandé de photographier durant l’événement. J’ai donc choisi un portrait de moi. Ce n’est évidemment pas moi qui ai pris cette photo mais j’ai réalisé le post-traitement. Pas facile pour moi d’une part, de me retrouver de l’autre côté de l’objectif et d’autre part, de publier cette photo. Mais je trouve qu’elle reflète bien la citation de Raphaëlle Giordano et cela me permet par la même occasion de me « présenter » à travers cette photographie.

Belle semaine.

Citation de la semaine

Et c’est reparti pour les citations de la semaine.

Je voulais partager avec vous cette semaine l’extrait d’un des livres que j’ai lu durant mes vacances, Le bazar du zèbre à pois de Raphaëlle Giordano – je vous parlerai de ce roman plus longuement dans une prochaine chronique – et cette photo prise lors de la traversée pour me rendre aux îles Chausey de bon matin :

« Et c’est bien ce que je suis venue chercher ici : un essentiel. Repartir de zéro et, dans un élan fondateur, me réinventer dans un projet qui a du sens. Renaître de mes cendres« .

Je trouve que cette citation et cette photo vont particulièrement bien ensemble. Elles reflètent à la fois ce que j’étais venue chercher à Chausey : un retour à l’essentiel, un retour à la nature, pour faire une pause et me réinventer à travers la photographie, mais également l’état d’esprit dans lequel je me trouve depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois maintenant pour faire évoluer et mener à bien mon projet professionnel.

Bien évidemment, je posterai d’autres photos et rédigerai un article détaillé sur ce blog pour vous parler de cet endroit paradisiaque que sont les îles Chausey.

En attendant, je vous souhaite de passer une belle semaine.

Cupidon a des ailes en cartons – Raphaëlle Giordano

J’en avais parlé avant mon déménagement, voici un retour sur ma lecture du 3e roman de l’auteure. Encore un coup de coeur pour ce 2e « rendez-vous » littéraire avec Raphaëlle Giordano ! J’aurais pu lire son 2e roman que j’ai également en ma possession mais lorsque Cupidon a des ailes en carton est paru, j’ai tout de suite été attirée à la fois par la couverture et le sujet de ce livre qui trouvaient écho en moi.

Comme dans son 1er roman, l’auteure propose 2 pistes de lecture pour découvrir cette fois-ci ce qu’est « l’amourability » qui n’est autre que la capacité d’aimer. Bien évidemment, cette réponse est en nous. A nous de la trouver.

Créatif et plein d’énergie, générateur à la fois de rires et de larmes, ce roman est tout aussi agréable à lire que le précédent même si j’avoue que mon imaginaire aurait préféré une autre fin pour le personnage principal … bien que je sache que c’était malgré tout inévitable … Mais je ne dévoile rien, je laisse découvrir celles et ceux qui ne l’auraient pas encore lu.

Cet ouvrage offre bien davantage puisqu’à la fin du livre, Raphëlle Giordano dresse le mode d’emploi du « Love organizer » pour qui éprouve l’envie et/ou le besoin de vivre pleinement en (re)trouvant cette capacité d’aimer pour vivre l’Amour sous toutes ses formes avec un grand A.

Alors à vos stylos !

Pour ma part, j’ai hâte de pouvoir découvrir le 4e roman de Raphaelle Giordano, Le bazar du zébre à pois, qui sort jeudi 14 janvier, c’est-à-dire demain.