Visite d’un zoo pendant les vacances

Je n’ai pas été très présente ces dernières semaines sur le blog et les réseaux sociaux pour plusieurs raisons : d’abord parce que je poursuis mes avancées sur mon projet d’entreprise et cela demande beaucoup de temps, ensuite parce que je profite des bons moments avec mes filles durant les vacances et ça c’est essentiel ; enfin parce que je ressens ce besoin de déconnexion pour mieux retrouver l’inspiration. A quoi bon publier sur les réseaux sociaux si ce n’est juste que pour publier ? Je ne fais pas partie de ces personnes qui pensent que publier en permanence est vital. Je suis de ceux qui publient quand ils ont quelque chose d’inspirant à partager et quand ils en ont l’envie. Pas question de dépendre de ces fichus algorithmes.

Je n’ai pas encore publié mes dernières chroniques littéraires ni mon article sur la Corrèze mais cela ne saurait tarder.

Mais avant ça, je voudrais vous parler d’une journée passée au zoo durant notre première semaine de vacances. Cela faisait vraiment longtemps que nous n’avions pas été au zoo et mes filles ont eu envie de s’y rendre. Quand on ne peut pas toujours voyager pour observer les animaux dans leur milieux naturels, il est vrai que les zoo paraissent une bon compromis pour découvrir différentes espèces. Nous sommes toutes les trois des passionnées des animaux sauvages. Mais peut-on encore parler d’animaux sauvages au sens propre du terme quand ils n’évoluent plus dans leur milieu naturel, ne chassent plus et n’utilisent plus leur instinct de survie ? La grande question du « Pour ou contre les zoo » s’est donc posée. Quand on aime photographier les animaux sauvages dans leur milieu naturel, peut-on accepter de la même manière de photographier des animaux enfermés dans des enclos plus ou moins vastes selon les zoos ? S’agit-il d’ailleurs toujours d’animaux sauvages ? Les questions se sont alors multipliées et je me suis intéressée au rôle des zoo dans la préservation et l’éducation des publics, à la liste rouge IUCN, à certaines espèces, …. J’ai décidé d’y consacrer un article sur mon blog. Celui-ci sera publié prochainement.

En attendant, je vous propose de revenir sur quelques espèces en images.

Et aujourd’hui, je vous présente le tigre blanc royal qui n’est autre qu’un tigre du Bengale (Panthera tigris) mais qui présente une anomalie génétique appelée leucistisme ou leucisme lui conférant une robe blanche rayée de noir, cette anomalie empêchant alors la production de pigments permettant la coloration orange du pelage. Le tigre blanc n’est donc pas une sous-espèce à part entière et n’est donc pas menacé d’extinction en tant que tel, même si le tigre du Bengale, lui, est classé « en danger » par la liste rouge IUCN (selon le site du WWF, on ne dénombre plus que 3 890 individus en milieu naturel principalement en Inde et au Bangladesh). Il existe 9 sous-espèces de tigres dont 3 sont déjà éteintes dans les années 1950 : le tigre de la Caspienne, de Java et de Bali.

Les chances de survie des tigres blancs sont compromises par cette couleur atypique qui les empêche de se camoufler et de surprendre leurs proies ; ils ne peuvent pas évoluer pas dans leur milieu naturel. Ils sont quelques centaines dans le monde, répartis principalement dans les parcs zoologiques et les réserves animalières.

L’élevage du tigre blanc en captivité est très controversé car la reproduction des tigres blancs entraîne une forte consanguinité qui engendre de nombreux troubles de santé et des malformations sur l’animal. Par ailleurs, cet « élevage » fausse le rôle de préservation des espèces et d’éducation des publics des parcs zoologiques car il semblerait que la présentation de ces tigres blancs au pelage rare et magnifique n’ait pour unique but d’attirer un public toujours plus nombreux dans les parcs zoologiques.

Et vous, le saviez-vous ?

Citation de la semaine

Inspirée par le roman de Raphaëlle Giordano, Le bazar du zèbre à pois, dont je rédige actuellement la chronique prochainement disponible sur le blog, j’ai envie aujourd’hui de citer un extrait de ce roman qui résonne en moi comme un écho :

« Vous voyez, quand je me suis lancée dans le métier de nez, j’avais l’espoir de réussir à provoquer des voyages sensoriels uniques grâce à mes parfums et à l’univers olfactif que j’allais créer. Tout comme Baudelaire savait me captiver avec ses fameuses Correspondances, je voulais, moi aussi, lancer mon « invitation au voyage », embarquer les gens dans mes parfums, leur permettre de revivre de fameuses mémoires sensorielles …« .

Ce métier de nez m’a toujours fasciné car il a cette capacité de vous porter en quelques secondes vers des contrées lointaines. J’ai d’ailleurs fait la rencontre d’Eugénie Berry de Fragrance Damiette la semaine dernière lors du Forum « Toutes pour elles – Osez entreprendre » à Cherbourg, qui, je pense, ne contredira pas cette citation. Et tout comme le personnage Giulia dans Le bazar du zèbre à pois, je veux provoquer cette invitation au voyage à ma manière à travers des visites, des ateliers d’échanges, des expos photos et encore bien d’autres surprises que je suis en train de concocter actuellement pour la création de mon entreprise.

Et vous qu’est-ce qui vous fait vibrer et vous donne envie de répondre à une « invitation au voyage » ?

Belle journée.