Citation de la semaine

Il y avait longtemps que je n’avais pas publié de citation … Alors en voilà une de l’artiste Henri Matisse (1869-1954) qui m’inspire et que j’aime particulièrement. Cette citation provient de ses Ecrits et propos sur l’art publié à titre posthume (1972) :

« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir« .

Vous l’aurez compris, Matisse ne parlait pas seulement de botanique. Il y a des fleurs absolument partout autour de vous. Alors, prenez le temps, ouvrez l’oeil, soyez attentifs !

Belle semaine à toutes et à tous.

Le bazar du zèbre à pois – Raphaëlle Giordano

Un ENORME COUP DE COEUR pour ce livre, une de ces lectures qui tiennent une place déterminante dans nos vies parce qu’elles influencent nos choix. Je ne vous dirais pas le contraire, je suis une fan inconditionnelle de Raphaëlle Giordano. Chacun de ses livres m’a apporté un petit quelque chose, m’a permis de voir les choses différemment et parfois, comme celui-ci, m’a convaincu de passer l’action. J’ai acheté ce roman dès sa parution. J’ai tout de suite adoré sa couverture pétante. Il est vrai que je ne l’ai pas lu aussitôt mais je l’avais glissé bien précieusement dans ma pile à lire. Peut-être n’était-ce pas encore le moment de le lire. Qui sait ?

Il n’y a jamais de hasard dans la vie. J’ai lu ce roman durant l’été dernier, à une période de ma vie où j’ai pris conscience que, certes je menais une vie confortable mais mon travail ne me convenait plus, je m’ennuyais sur le poste administratif que j’occupais, je ne rentrais pas dans le moule des agents exerçant dans la fonction publique. Pire encore, je manquais de temps et pour mes enfants et pour moi, parce que quand on est mère célibataire H24 et que l’on bosse plus de 40h/semaine, c’est vite compliqué de s’organiser surtout lorsqu’il n’y a plus de grands-parents pour prendre le relais … pas de temps pour mettre en place ce projet professionnel qui me tenait à coeur depuis plusieurs mois déjà, plus de temps de prendre le temps ! Bref, il fallait remédier à la situation !

Et c’est là qu’interviennent les personnages de ce livre : Basile, un « audaciel » qui a ouvert cette incroyable boutique, « Le Bazar du zèbre à pois » parce qu’il veut revenir à l’essentiel ; Giulia, une mère célibataire, « nez » qui a perdu toute motivation dans son travail et qui est à la recherche d’un projet novateur qui a du sens ; et puis son fils Arthur, adolescent qui ne demande qu’à exprimer son talent. Ces personnages et leur histoire m’ont évidemment touchée ; je me suis tellement reconnue dans le personnage de Giulia. Lorsque j’ai lâché ce livre que j’ai bien évidemment dévoré en quelques heures, j’ai pris conscience que j’étais moi aussi un drôle de zèbre, que j’avais en moi cette « audacité », ce « mélange d’audace et de ténacité, d’esprit d’ouverture et de soif d’entreprendre, propre aux doux rêveurs, aux fous et aux grands conquérants » et que j’avais besoin de le revendiquer ! J’étais déjà dans une dynamique d’envie de changement mais ce livre a fini de me convaincre que je devais faire le grand saut ou prendre un virage à 180 degrés – comme vous préférez – pour laisser derrière moi tout ce qui ne me faisait plus vibrer, pour m’accorder enfin le droit d’être qui j’étais vraiment. Et je l’ai fait ! J’ai enfin laissé mes peurs de côté et j’ai osé provoquer le changement. Aujourd’hui, je suis en pleine reconversion professionnelle. C’est très inconfortable comme situation pour le moment parce que mon projet n’a pas encore abouti mais il avance et il paraît que c’est le signe que je suis sur le bon chemin. Et je sens à présent que je suis exactement là où je dois être, à ma place. Je peux enfin « rêver plus grand, penser plus large, oser plus librement ». Voilà tout ce que ce livre m’a inspiré et ce n’est pas rien !

Et si vous aussi, vous étiez sans le savoir un zèbre ? Et si vous aviez, vous aussi, envie d’oser et de mettre plus de vie dans votre vie ? Je sais, vous vous dites que ça y est, j’ai basculé dans la folie et que cette chronique paraît complètement dingue. Mais lisez ce livre et vous comprendrez.

Et même si vous ne souhaitez rien changer à votre vie, n’hésitez pas à vous plonger dans le monde de la création, de l’invention et des fragrances. La plume de Raphaëlle Giordano est positive et légère et ça fait beaucoup de bien !

Et pour celles et ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé ?

Citation de la semaine

Le navigateur français Loïck Peyron a dit que « le plus beau voyage, c’est celui qu’on n’a pas encore fait« .

Alors, il peut bien évidemment s’agir d’un voyage dans une autre région de France ou à l’étranger, à la découverte de populations inconnues, de civilisations anciennes, de paysages inattendus qui font que ce voyage devient le plus beau de tous nos voyages.

Mais je crois que cette citation s’applique également à nos vies. La vie nous conduit certains jours sur le chemin de l’imprévisible et ce sont toutes les petites choses inespérées qui surviennent sans qu’on sache trop pourquoi mais qui la rendent encore plus belle : c’est cette rencontre inattendue, cet événement improbable, ce projet professionnel qu’on avait imaginé mais sans les opportunités qui se présentent soudain, ces journées à venir qui nous réservent de belles surprises … Alors, laissez-vous porter et vivez votre plus beau voyage.

Sur la photo, il s’agit de La Granvillaise, une bisquine, la réplique d’un bateau typique de la baie du Mont-Saint-Michel au XIXe siècle qui servait notamment au dragage des huîtres.

Belle journée et belle semaine.

Citation de la semaine

Pour cette nouvelle année qui débute, voici non pas une … mais deux citations. Eh oui, un petit grain de folie et de l’inspiration surtout, ça ne peut pas faire de mal. Je vous laisse choisir celle qui vous parle le plus :

« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse« .

Nelson Mandela

« Avoir la foi, c’est monter la première marche, même quand on ne voit pas tout l’escalier« .

Martin Luther King

Prendre de bonnes résolutions pour 2022 ? Pourquoi pas … mais encore faut-il s’y tenir ! Je n’aime pas les bonnes résolutions et les « to-do list » trop contraignantes.

Je vais plutôt m’inspirer de ces deux citations et être dans l’action, avoir la foi, monter la première marche et croire que tout est possible. Malgré les circonstances actuelles dans ce monde qui ne tourne pas tous les jours très rond, d’un point de vue personnel, cette année 2022 me semble pourtant remplie de belles promesses avec un grand tournant professionnel à prendre, de belles rencontres à venir, de nouveaux projets et de nouveaux partenariats à mettre en place, de nouvelles opportunités à saisir.

Avoir la tête dans les étoiles ou sur la lune (je vous laisse choisir) et pas trop les pieds sur terre (peut-être un peu quand même), voir grand, croire en quelque chose qui nous tient à coeur, s’accrocher à ses rêves et surtout les réaliser. Prendre soin de soi et des siens. Profiter des petits et des grands moments de bonheur. Voilà de quoi sera fait 2022 ! Parce qu’il ne suffit pas d’exister, il faut vivre pleinement, c’est tellement mieux.

Et comme j’aime partager, je vous envoie toutes ces ondes positives pour 2022 et je vous souhaite le meilleur !

Belle semaine et belle année 2022.

Citation de la semaine

« Chaque instant que tu perds à être malheureuse ne te sera jamais rendu. Tu sais où commence ta vie, mais pas quand elle s’arrête. Une seconde vécue est un cadeau que nous ne devons pas gâcher. Le bonheur se vit maintenant […] Ton bonheur prend racine en toi au kilomètre zéro« .

Maud Ankaoua, Kilomètre zéro.

Cette photographie prise en à peine quelques secondes dans le Parc des marais du Cotentin fait partie de ces moments de petits bonheurs, à la fois surprenants et éphémères, incroyables et sensationnels par le ressenti qu’ils procurent, ces petits instants de votre vie qui paraissent si anodins mais si essentiels et qui vous remplissent à la fois de sérénité et d’une telle énergie vivifiante … tel un moment d’éternité.

Belle journée.

Citation de la semaine

« Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible« .

Albert Camus, L’été, « Retour à Tipasa », 1952.

J’avais envie de trouver une citation sur l’hiver, celui-ci approchant maintenant à grands pas … Mais j’avais surtout l’envie de trouver une citation positive sur l’hiver, cette saison n’étant pas toujours facile à vivre pour certain(e)s d’entre nous, encore moins dans la situation actuelle où les médias ne participent pas à remonter le moral des troupes, bien au contraire…

Alors citer l’un de mes auteurs préférés, Albert Camus, s’imposait. J’aime beaucoup cette citation. Elle peut simplement nous faire penser qu’il faut apprendre à relativiser, que la joie succède à la peine, le beau temps à la pluie, que si l’on ne va pas bien, rien ne dure, et qu’un jour ça ira mieux.

Mais cette citation va beaucoup plus loin. Albert Camus nous invite ici à découvrir qu’il n’existe pas d’événements heureux ou malheureux en soi, mais qu’il existe, en chacun des événements de notre vie une dimension plus profonde. Il nous invite donc à apprendre à reconnaître, au milieu de notre « hiver », qu’il s’agisse d’un quotidien difficile à vivre et lourd à gérer, d’un événement tragique, d’une maladie grave qui touche à la fois le patient et indirectement ses proches, … notre « invincible » l’été, celui qui nous rend plus fort et nous aide à nous sentir mieux : l’amour de notre famille et de nos amis, nos souvenirs inoubliables de l’enfance, parfois des touts petits riens … mais ce sont des choses essentielles qui nous rappellent que cet invincible été est en chacun de nous et qu’il suffit juste de le (re)trouver.

A cette magnifique citation, j’ajoute une photo des marais du Cotentin qui commencent à se remplir d’eau en cette saison pour prendre enfin leur apparat de marais blancs de l’hiver.

Belle semaine.

Citation de la semaine

Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry a 75 ans cette année. Je ne pouvais donc pas rater l’occasion de relire une énième fois ce magnifique texte et de partager avec vous un extrait.

Véritable phénomène d’éditions avec plus de 200 millions d’exemplaires vendus dans le monde et plus de 400 traductions, c’est le livre le plus traduit dans le monde après la Bible. Dernier ouvrage écrit par l’auteur lors de son exil aux Etats-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, Le Petit prince paraît la première fois outre-atlantique en avril 1943. Il ne sera publié en France qu’en 1946 par les éditions Gallimard, deux ans après la disparition d’Antoine de Saint-Exupéry le 31 juillet 1944 au cours d’une mission en Méditerranée.

Le manuscrit original acquis en 1968 est actuellement conservé par la Morgan Library & Museum à Manhattan (New-York). Saint-Exupéry l’avait offert à son amie Silvia Hamilton-Reinhardt le jour de son départ pour rejoindre les Forces Françaises Libres en Afrique du Nord au printemps 1943, quelques jours après la sortie de l’édition originale du Petit Prince, parue simultanément en langues française et anglaise chez Reynal & Hitchcock.

Conçu comme un livre pour enfant, l’ouvrage a plutôt des allures de fable poétique inspirante où Saint-Exupéry se révèle être un « coach humaniste » invitant le lecteur à s’affranchir du regard des autres, à savourer l’instant présent, à cultiver l’amour de soi et des autres. C’est la raison pour laquelle j’aime tant ce livre.

J’aurais pu citer la très célèbre conversation entre le renard et le Petit Prince sur la signification du mot « apprivoiser » mais je préfère citer mon passage favori lorsque le Petit Prince boit l’eau du puits dans le désert, passage illustré ci-dessus par cette superbe copie d’aquarelle de l’auteur, les éditions Gallimard ayant choisi de faire une ré-édition conforme à l’édition originale américaine de 1943 :

« J’ai soif de cette eau-là, dit le Petit prince, donne-moi à boire.

Et je compris ce qu’il avait cherché !

Je soulevais le seau jusqu’à ses lèvres. Il but, les yeux fermés. C’était donc comme une fête. Cette eau était bien autre chose qu’un aliment. Elle était née de la marche sous les étoiles, du chant de la poulie, de l’effort de mes bras. Elle était bonne pour le cœur, comme un cadeau. Lorsque j’étais petit garçon, la lumière de l’arbre de Noël, la musique de la messe de minuit, la douceur des sourires faisaient, ainsi, tout le rayonnement du cadeau de Noël que je recevais. »

Le château de la Bourdaisière à Montlouis-sur-Loire (https://www.labourdaisiere.com/) offre une approche très intéressante de ce livre à travers l’exposition « Dessine-moi ta planète » inaugurée en juin dernier et visible jusqu’au 15 novembre. Cette exposition reprend les valeurs du Petit Prince pour éveiller la conscience des visiteurs aux enjeux écologiques et les inciter à prendre soin de la planète.

Le Musée des arts décoratifs à Paris proposera également en février 2022 une exposition où seront présentés pour la première fois le manuscrit original ainsi que des écrits inédits, des esquisses et des aquarelles (https://madparis.fr/soutenez-les-expositions).

Revenir vers Le petit prince pour revenir à l’essentiel …

Belle journée.

Citation de la semaine

Lorsque je lis un livre, je prends parfois des notes : citations, observations, ressenti, …Et il m’arrive ensuite de reprendre ces notes pour me souvenir et pour trouver, à l’occasion, de l’inspiration. Aujourd’hui, j’ai eu envie de me replonger dans mes carnets et je suis tombée sur cette citation tirée de l’un de mes gros coups de cœur livresque d’il y a environ 3 ans, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une de Raphaëlle Giordano. Dans ce livre, il y a un passage sur le sourire qui m’avait beaucoup marquée :

« Un sourire ne coûte rien et il a pourtant une influence considérable sur votre entourage comme sur votre propre moral. Le bénéfice est double : « Vous connaissez bien sûr les paroles de l’Abbé Pierre ? « Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais donne autant de lumière ». Il m’a été démontré qu’un sourire sincère offert à quelqu’un peut entraîner, par réaction en chaîne, jusqu’à cinq cents sourires dans une journée ! Sans parler de ses bienfaits sur le cerveau et sur le corps !« .

C’est vrai, c’est tellement important de sourire et de rire et d’en prendre une bonne dose chaque jour. Ça ne coûte rien et ça fait tellement de bien !

Pour illustrer cette citation, je voulais un portrait. Toutefois, je fais très peu de portraits en dehors des photos de famille bien évidemment et d’un récent mariage où les mariés m’ont demandé de photographier durant l’événement. J’ai donc choisi un portrait de moi. Ce n’est évidemment pas moi qui ai pris cette photo mais j’ai réalisé le post-traitement. Pas facile pour moi d’une part, de me retrouver de l’autre côté de l’objectif et d’autre part, de publier cette photo. Mais je trouve qu’elle reflète bien la citation de Raphaëlle Giordano et cela me permet par la même occasion de me « présenter » à travers cette photographie.

Belle semaine.

Citation de la semaine

« L’opinion d’un autre n’est que ça : une opinion. Les agissements de quelqu’un d’autre ne sont pas sous votre responsabilité, et rien ne vous oblige, jamais, à accepter tout ce qu’on dit de vous comme des vérités« .

Cet extrait de Maman solo de Nina Farr est pour moi une citation forte, importante, qui mérite qu’on y attache de l’importance chaque jour et j’avais envie de la partager avec vous. Aujourd’hui, nous avons une tendance accrue – souvent liée aux réseaux sociaux – à accorder une importance démesurée à l’opinion de l’autre. Je ne dis pas que l’opinion de l’autre n’a pas d’importance. Toutefois, il est essentiel d’écouter en premier son propre ressenti. Il faut suivre son intuition. L’opinion des autres n’est que secondaire, surtout quant cette opinion s’avère peu constructive voire négative.

Belle semaine.

Citation de la semaine

L’automne est bien là. Dans ma tête, cette saison rime avec des moments « cocooning » au coin du feu avec un bon livre dans une main et une tasse de thé bien chaud dans l’autre. Elle me permet également de porter un regard nouveau sur les lieux que je connais pourtant bien et que j’aime photographier car cette saison est propice à une nouvelle lumière et à des couleurs chatoyantes qui métamorphosent les paysages et dont je ne me lasse jamais.

Mais l’automne c’est aussi la saison qui invite à ralentir le rythme, à prendre le temps, à revenir dans l’instant présent et à accepter ce qui est, à trouver la paix intérieure pour pouvoir mieux réfléchir à ce que l’on souhaite pour demain. Pas facile d’y parvenir lorsque l’on voit le rythme de vies que la société veut nous imposer : vivre toujours plus vite, prévoir et anticiper toujours plus, … mais cela reste toujours possible si c’est le choix que l’on fait. J’ai fait récemment ce choix : réfléchir à la manière dont je veux réellement vivre ma vie.

Voici un extrait du livre que je suis en train de lire, Une chance sur un milliard de Gilles Legardinier. Cette phrase a trouvé un fort écho en moi : « Tu sais, mon garçon, on confond souvent vivre mieux et avoir une belle vie. La durée ne compte pas, c’est l’intensité qui fait tout. Quoi que tu affrontes, n’oublie jamais qu’exister est une chance. Profite-en de toutes tes forces ». Je crois effectivement qu’il ne suffit pas d’avoir vécu longtemps pour avoir bien vécu, certaines vies ont parfois été très courtes et pourtant remplies de tant de richesses. La vie est une chose précieuse, autant bien la vivre et en profiter à fond sans pour autant se dépêcher en permanence pour finalement passer à côté de l’essentiel.

Passez une belle semaine et surtout prenez soin de vous et de la manière dont vous avez choisi de vivre votre vie.