Je peux très bien me passer de toi – Marie Vareille

Outre le fait que ce titre rappelle la chanson de Mano Negra, Je peux très bien me passer de toi est aussi le 2e roman de Marie Vareille.

C’est un livre à lire durant ces journées grisâtres et automnales du moment. Allez, on se met en mode « cocooning »: un plaid, une tasse de boisson chaude et c’est parti !

J’ai dévoré ce livre en quelques heures. Cette comédie romantique moderne et pétillante fait partie des livres qu’on a envie de lire de temps en temps parce que ce sont des livres sans prise de tête, des livres qui nous font lâcher prise et passer un très bon moment de lecture.

J’ai beaucoup ri ; il y a beaucoup d’humour dans ce livre. Il y a certes quelques moments d’émotions mais juste ce qu’il faut, par petites touches, pour ne pas tomber dans l’émotionnel. Et c’est ça qui est génial !

Si vous avez besoin de vous rebooster côté moral, lisez ce roman feel-good, c’est frais, c’est léger, c’est un livre qui, en toute simplicité, fait du bien !

J’ai découvert ce livre à la boutique Le Vent des Livres. Il sera disponible à la bouquinerie dès cet après-midi.

Et pour celles et ceux qui l’ont déjà lu, qu’en avez-vous pensé ?

Citation de la semaine

Cette semaine, je cite l’extrait d’un livre que j’ai lu durant mes vacances et que j’ai adoré … un autre de mes coups de coeur … Il s’agit de Mamma Maria de Serena Giuliano. J’ai noté deux ou trois citations mais c’est celle-ci qui m’a le plus marqué :

« Je crois que j’aurais aimé lui donné la vie, l’aider à devenir une femme, une grande femme, belle dedans, épanouie dehors. De ces femmes fortes, élégantes dans l’âme, de celles qui marquent, de celles qui comptent. J’aurais aimé lui expliquer à quel point c’est beau d’en être une, à quel point c’est trop souvent difficile aussi. J’aurais voulu lui dire de respecter les autres, et de prétendre au même respect en retour, toujours. J’aurais voulu lui dire de se respecter elle en premier, et que finalement c’est ça le plus compliqué et et le plus essentiel. J’aurais aimé lui expliquer qu’une femme peut tout être, tout devenir, que le choix appartient à chacune . »

Belle semaine.

Là où l’herbe est plus verte – Typhanie Moiny

Comme promis dans la citation de la semaine, je vous parle à présent de ce livre qui a été un réel coup de coeur pour moi.

La plume de Typhanie Moiny est sincère et authentique. On sent qu’elle a mis une grand part d’elle-même dans ce premier roman. C’est incontestablement un roman feel-good parce que je peux vous garantir qu’après l’avoir lu, on se sent bien. C’est également un livre qui pourrait s’apparenter à du développement personnel.

Le personnage principal qui décide de tout lâcher du jour au lendemain est à la fois touchant, drôle, maladroit et tellement attachant. On passe du rire au larmes et de nouveau des larmes au rire. Il y a un certain suspense dans les sens où, dès les premières pages, sans savoir ce que ce personnage a vécu, on sent qu’il est en réel souffrance, qu’il est « au bord du précipice » et puis, on est happé par l’écriture. Et c’est parti, on ne peut plus se détacher de ce livre et on suit avec frénésie « l’épopée » de cette femme courageuse qui décide de prendre un nouveau départ et de se reconstruire pas à pas. Clairement, je l’ai « dévoré » en quelques heures.

En bref, c’est un roman que je recommande vivement, un roman « thérapeutique » qui fait du bien … et qui en plus, donne envie de voyager dans ce pays « là où l’herbe est plus verte » … mais je ne vous en dirai pas plus. Lisez-le !

Ah j’oubliais, il y a une autre bonne raison de le lire : il a été écrit par une Cotentinoise et ça, ce n’est pas rien !

Et en plus, ça tombe bien, si vous souhaitez le lire, l’auteure a encore quelques exemplaires qui attendent sagement sur son piano chez elle. Alors, allez visiter sa page Instagram et envoyez-lui un petit message. Elle se fera un plaisir de vous dédicacer son livre comme elle l’a fait pour le mien durant le week-end « Escale créative » à Valognes en mai dernier.

Et pour celles et ceux qui l’ont lu, qu’en avez-vous pensé ?

Citation de la semaine

Photo prise depuis la dune du Pyla (ou Pilat)

Le temps n’est pas très clément pour un mois de mai. C’est la raison pour laquelle j’avais envie de citer Jacques Prévert :

« De deux choses l’une. L’autre c’est le soleil« .

Le soleil qui réchauffe le cœur existe sous plusieurs formes. Alors quoi qu’il arrive, continuez à laisser entrer le soleil dans vos vies.

Belle semaine.