Mamma Maria – Serena Giuliano

Après La cerise sur le gâteau d’Aurélie Valognes, voici un livre que je peux également qualifier d’énorme coup de coeur. Dévoré en quelques heures, je vous le recommande vivement. Un autre bouquin qui fait du bien. Un bon remède contre la morosité !

Ça vous tente ? Alors prenez place. Imaginez-vous en Italie, sous le soleil, dans un petit village côtier. Vous êtes en terrasse avec vue sur la mer. Vous entendez autour de vous des gens parler en napolitain, vous ne comprenez pas ce qu’ils disent mais ce n’est pas grave ; leurs échanges se font avec une voix forte mais envoûtante. Vous ressentez une certaine solidarité entre ces gens. D’un côté, deux femmes savourent une énorme pizza à base de mozzarella et d’olives, et dégustent un chianti. De l’autre, un homme semble se régaler avec de spaghettis al dente. Ca sent bon le basilic et le parmesan.

Vous visualisez ? Bon, alors, c’est parti ! Vous n’avez plus qu’à ouvrir le livre Mamma Maria de Séréna Giuliano.

Maintenant que le décor est planté, découvrez une histoire à la fois rafraîchissante, drôle et émouvante. Il y a beaucoup de passages qui sont à mourir de rire et puis d’autres à laquelle on ne s’attend pas, qui font chavirer le coeur et font place à l’émotion. Les personnages sont chaleureux et attachants. Ce livre, c’est une pure viennoiserie, une douceur sucrée à savourer sans modération.

Alors prêt pour le voyage ?

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Ma transition écologique – Hervé Gardette

Merci à Babelio et aux éditions Novice pour l’envoi de ce livre que j’ai particulièrement apprécié car il aborde une thématique qui me tient particulièrement à cœur.

Après avoir présenté, durant huit ans, l’émission de débats « Du Grain à moudre », Hervé Gardette, journaliste à France Culture, a tenu une chronique sur l’écologie dans « Les Matins » de septembre 2019 à décembre 2021. C’est de cette chronique matinale qu’est issue la cinquantaine de textes de l’ouvrage. L’auteur a fait le choix de sélectionner une cinquantaine d’écrits parmi les 400 qu’il a pu rédiger durant les deux années. Le livre est paru une première fois en février 2021 puis une seconde fois en décembre 2021 ; il s’agit de l’édition augmentée que j’ai reçue et dont le titre a été légèrement modifié (le sous-titre « comment je me suis radicalisé » a disparu entre les 2 éditions). Quant à la 4e de couverture, elle a également été revue. Des chroniques ont été ajoutées puisque la 1ère édition ne tenait pas compte des chroniques rédigées entre février et décembre 2021.

Dans ce recueil, Hervé Gardette raconte son apprentissage de la transition écologique en milieu urbain. Il partage avec ses lecteurs ses réflexions de citoyen sur l’écologie. L’auteur part de son vécu personnel, participe au défi Familles Zéro Déchet, apporte des connaissances à travers ses lectures, nous parle de ses réflexions, ses doutes et dénonce certaines aberrations de l’époque. Il montre que même si l’on est convaincu des actions à mener en faveur de l’écologie, les appliquer n’est pas toujours aussi simple.

Les chroniques sont courtes et rapides à lire – libre à vous de n’en lire qu’une ou deux par soir si le cœur vous en dit -, très instructives avec une petite touche d’humour qui dédramatise un peu le sujet pas toujours facile à aborder. L’auteur ne cherche nullement à convaincre le lecteur de devenir un fervent écologiste mais cherche plutôt à éveiller les consciences et invite à se poser des questions concernant l’écologie et pourquoi pas à débuter – si cela n’est pas déjà fait – sa propre transition écologique.

Il est cependant dommage que les éditions Novice n’aient pas entamé la même transition écologique que l’auteur puisque le livre, qui, bien qu’il ait été imprimé sur du papier FSC – et c’est tout à leur honneur – a malheureusement été imprimé au Portugal et non en France.

Je terminerai par cette citation du livre qui me rappelle assurément le livre d’Aurélie Valognes, La cerise sur le gâteau, dont je ferai la chronique prochainement. : « Réflexe envahissant : je ne peux plus regarder s’envoler un avion sans mauvaise pensée, ni regarder une vidéo en ligne (quel que soit le sujet) sans mauvaise conscience. Pour rester crédible – et intègre -, j’ai renoncé aux soldes d’hiver, au foie gras, aux taxis, aux enceintes connectées, au Thermomix, à la 5G. Par chance, il y a de moins en moins d’insectes en été : j’aurais trop de scrupules à les écraser. Faire les courses au supermarché est devenu un calvaire. Un voyage au pays des infidèles. Comme dit le président Mac Mahon : « que de plastique, que de plastique ». Tout y est sous blister« .

J’y arriverai ! Accueillir son enfant sereinement grâce à la pratique de la pleine conscience – Ludivine Thenard

J’ai lu ce livre dans le cadre du jury des Lecteurs Librinova et je tenais à partager cette lecture avec vous car c’est un livre coup de coeur pour moi.

Quelle belle découverte ! Enfin un livre bienveillant et rassurant pour les futures mamans. J’aurai bien voulu avoir ce type d’ouvrage entre les mains durant mes deux grossesses.

Les propos sont clairs et concis ; l’écriture est simple et fluide. Les phrases importantes sont notées en gras et en italique. C’est vraiment agréable à lire. Ce livre décrit avec justesse et dans sa globalité ce que chaque femme peut vivre et ressentir durant sa grossesse et son accouchement et propose de judicieux conseils liés à la pleine conscience et à la sophrologie pour vivre au mieux cette période importante dans la vie d’une future maman. L’auteure apporte par ailleurs une approche remarquable de l’accouchement naturel non médicalisé et de l’accouchement dans l’eau.

Déjà maman de deux enfants, j’ai trouvé dans ce livre des conseils utiles que je peux appliquer maintenant dans ma vie de tous les jours. C’est donc un livre qui s’adresse à un public beaucoup plus large que les femmes enceintes et c’est ce qui rend ce livre d’autant plus intéressant.

Les témoignages de femmes qui racontent leurs accouchements et décrivent leurs ressentis sont vraiment un plus.

Quelques illustrations (photos des mamans qui témoignent par exemple ) pourraient peut-être illustrer les propos et combler les parties blanches de certaines pages du livre mais c’est vraiment le seul petit bémol que j’aurais à ajouter.

Et vous l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Mon chien Stupide – John Fante

C’est le film sorti en 2019 réalisé par Yvan Attal qui m’a donné envie de lire le roman Mon chien Stupide. J’ai tellement ri en regardant le film que je me suis demandé si j’allais autant rire en lisant le livre. Je voulais également savoir si le film « collait » au livre ou si comme la plupart des films, c’était seulement une adaptation.

J’ai par ailleurs voulu en savoir plus sur l’auteur que je ne connaissais absolument pas. Fils d’un immigré italien entrepreneur en maçonnerie – et gros buveur violent qui abandonnera sa famille lors de la crise de 1929 -, John Fante enchaînera les petits boulots, notamment celui dans une conserverie de poisson, avant de devenir romancier, nouvelliste et scénariste. Si je vous raconte tout cela à propos de l’auteur, c’est parce que l’on retrouve beaucoup d’éléments de sa vie dans les 3 romans compilés dans ce livre et qui sont largement autobiographiques.

Pour le résumé du livre et plus d’infos sur l’auteur, je vous invite à vous à rendre sur Babelio : https://www.babelio.com/auteur/John-Fante/2847.

Dans Mon chien Stupide (titre original : West of Rome), il s’agit d’un écrivain, Henry Molise, fils d’un immigré italien, autrefois romancier à succès, reconverti dans l’écriture de scénarios pour Hollywood. Alors, tout comme dans le film qui est une adaptation française (vous ne retrouverez tout à fait la même histoire et les noms des personnages ont changé), l’histoire est drôle, amusante, et on passe un bon moment. Toutefois, le style de l’auteur ne m’a pas plus captivé que cela. Ce n’est pas un livre que j’ai lu en ayant une irrésistible envie de le finir à tout prix. Cependant, il y a ce côté très burlesque parfois provocateur qui m’a bien plu. Je recommande donc sa lecture. Allez découvrir cet auteur, en particulier si vous aimez lire des nouvelles et des scénarii.

J’ai poursuivi ma lecture en lisant le 2e livre, Les compagnons de la grappe (titre original : Brotherhood of the Grape). Ce roman parle du père d’Henry Molise (personnage principal de Mon chien Stupide), maçon, buveur invétéré, et de ses relations avec ses enfants, en particulier celle avec son fils Henry. Nous sommes alors dans un tout autre registre. Ne vous attendez pas à rire. Comment définir ce registre ? Je dirai que l’écriture est beaucoup plus mélancolique. Indéniablement, John Fante a écrit cette histoire en pensant à la sienne car il y a toujours des similitudes avec la vie de John Fante. J’ai eu beaucoup de mal à le lire. Je n’ai franchement pas accroché et pourtant, je n’ai pas pu m’empêcher de le terminer, de le lire jusqu’au bout, comme si une part de moi voulait le faire. Je pense que cela tient beaucoup à toutes ces émotions que l’auteur tente de partager avec le lecteur en dévoilant une partie sombre de sa vie personnelle, ces émotions contenues depuis si longtemps qu’il souhaitait exprimer à travers ce livre.

Je l’avoue, je n’ai pas trouvé la motivation de poursuivre en lisant le 3e roman, Rêves de Bunker Hill (titre original : Dreams of Bunker Hill) où l’auteur narre les débuts de son personnage fétiche, Arturo Bandini. C’est le dernier roman que John Fante a « écrit » ou plutôt dicté à son épouse puisque le diabète dont il souffrait l’avait rendu aveugle et infirme à la fin de sa vie.

Et vous ? Connaissez-vous John Fante ? Avez-vous lu un ou plusieurs de ses livres ? Le(s)quel(s) ? Qu’en avez-vous pensé ?

Le pélerinage d’Overlord – Francis La Carbona

Je remercie Babelio et 5 Sens Editions pour l’envoi de ce livre.
Si la couverture est peu engageante, je l’avoue, je ne me suis pas contentée de juger ce livre uniquement par rapport à sa couverture. Et j’ai bien fait. Le résumé de l’histoire m’avait donné envie de le lire et cela a vraiment été une belle surprise. Je n’avais pas lu de roman aussi riche en vocabulaire et avec un style d’écriture aussi travaillé depuis bien longtemps et cela a vraiment été une lecture très surprenante, appréciable et captivante.
Ne vous attendez pas à un récit détaillé du D-DAY. L’auteur utilise seulement les circonstances de cet événement pour raconter l’histoire de ses deux personnages principaux, Barbara et Matthias, dans le petit village bas-normand de Colleville-Montgomery, et c’est réellement ce qui fait le charme de ce roman.
Je vous invite vivement à découvrir ce 3e roman de Francis La Carbona. On regrette presque que ce roman historique se termine aussi vite.

Et vous connaissez-vous l’auteur ? Avez-vous déjà lu l’un de ses livres ?

Les Copains de la petite salamandre – tome 1 et 2

Un grand merci aux éditions de La Salamandre et à Babelio qui m’ont fait découvrir ces deux livres à quelques mois d’intervalle. Ma fille les adore et nous les relisons très régulièrement. Nous passons vraiment un bon moment avec ces deux ouvrages et j’ai eu envie de les partager avec vous.

Dans le 1er tome, notre petit héros Sam la petite salamandre part à la rencontre du hibou, de la grenouille et de la coccinelle sans oublier ses amis Moucheron, Papillon et quelques autres petits animaux comme la fouine ou le brochet. Dans le tome 2, Sam la petite salamandre va cette fois-ci faire la connaissance de la marmotte, de la chauve-souris et de la mésange charbonnière.

J’aime ces deux livres pour plusieurs raisons :

  • pour les dessins qui sont très colorés, des couleurs vives et joyeuses, très attirantes pour l’oeil,
  • pour le papier et la couverture dont le toucher est particulièrement agréable,
  • pour les dialogues entre les animaux facilement compréhensibles par l’enfant car ils sont représentés dans une bulle qui identifie clairement chaque animal qui parle.

Ma fille, quant à elle, n’attend que 2 choses avec impatience lorsque je lis ces livres :

  • que je prononce la petite phrase devenue presque un rituel « T’es qui toi ? » lorsqu’on découvre un nouvel animal encore jamais rencontré
  • qu’elle puisse répondre aux questions du quiz après chaque histoire qui commence toujours par : « Allez, on récapépette …euh …on récapitule ! ».

A découvrir de toute urgence par les parents qui souhaitent éveiller la curiosité de leurs plus jeunes enfants. Comment ne pas faire aimer la nature à nos enfants après avoir lu ces deux merveilleux livres ? Je les recommande vivement. A quand le prochain tome ? Nous avons hâte ma fille et moi.

Ces ouvrages m’ont donné envie d’en savoir plus sur les éditions de la Salamandre. Je savais bien évidemment qu’ils proposent des abonnements pour faire découvrir la nature aux enfants et adolescents. Mais j’ai également découvert une mine de « trésors », de nombreux ouvrages sur la nature pour les enfants, les adolescents et les adultes. Je vous invite à les découvrir si, comme moi, vous ne connaissiez pas : https://boutique.salamandre.org/nos-livres.rub-67/

Vous connaissez l’un et/ou l’autre de ces ouvrages ? Vous les avez lus ? Qu’en pensez-vous ?

Citation de la semaine

Cette semaine, j’ai choisi une citation qui provient d’un roman que je suis en train de lire et que j’adore. Je vous en parlerai dans un prochaine article. Il s’agit du roman « Une soif de livres et de liberté » de Janet Skelien Charles :

« Les livres comme les idées sont pareils au sang dans nos veines, ils ont besoin de circuler et nous gardent en vie ».

Un livre, c’est fait pour être lu mais plus encore pour être partagé. Pour ma part, c’est ce que je préfère : parler de mes lectures avec les autres.

Bonne semaine !