Le livre que je ne voulais pas écrire – Erwan Larher

Côté TV, je regarde actuellement la série « En thérapie » sur Arte (https://www.arte.tv/fr/videos/RC-020578/en-therapie/) et j’accroche plutôt bien. Cette série de 35 épisodes d’environ 30 minutes raconte l’histoire d’un psychanalyste qui reçoit cinq patients au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. C’est l’adaptation par Éric Toledano et Olivier Nakache de la série israélienne “BeTipul” créée en 2005 et je vous invite à la découvrir.

En regardant « En thérapie« , j’ai repensé à l’une de mes lectures que je souhaite partager aujourd’hui. Il s’agit du livre d’Erwan Larher, Le livre que je ne voulais pas écrire.

Comme le titre l’indique, l’auteur ne voulait pas écrire ce livre racontant les événements tragiques du 13 novembre 2015 au Bataclan qu’il a lui-même vécu … et pourtant il l’a fait. Il fallait oser, oser raconter ces terribles moments presque indescriptibles et incompréhensibles quand on ne les a pas vécus, oser prendre la plume pour parler de soi en se livrant à ses lecteurs, oser pour décrire la vision de chacun, celle de la victime blessée lors de cet attentat, celle des proches fous d’inquiétude ou encore celle du terroriste prêt à passer à l’action.

L’auteur a écrit cet ouvrage avec sincérité, avec humilité et avec beaucoup d’humour alors que le sujet ne prête franchement pas à rire. Il se livre totalement à ses lecteurs, ce qui n’est pas chose aisée lorsqu’on raconte des faits réels responsables d’un si grand choc émotionnel et qu’on expose ouvertement toutes les émotions qui nous submergent. C’est un livre vraiment très intéressant qui aborde la question de la vie et de la survie. Le livre qu’il faut lire !

Avez-vous regardé ou êtes-vous en train de regarder la série « En thérapie » ? Qu’en pensez-vous ?

Quant au livre d’Erwan Larher, l’avez-vous lu ? Votre avis ?

Les Copains de la petite salamandre – tome 1 et 2

Un grand merci aux éditions de La Salamandre et à Babelio qui m’ont fait découvrir ces deux livres à quelques mois d’intervalle. Ma fille les adore et nous les relisons très régulièrement. Nous passons vraiment un bon moment avec ces deux ouvrages et j’ai eu envie de les partager avec vous.

Dans le 1er tome, notre petit héros Sam la petite salamandre part à la rencontre du hibou, de la grenouille et de la coccinelle sans oublier ses amis Moucheron, Papillon et quelques autres petits animaux comme la fouine ou le brochet. Dans le tome 2, Sam la petite salamandre va cette fois-ci faire la connaissance de la marmotte, de la chauve-souris et de la mésange charbonnière.

J’aime ces deux livres pour plusieurs raisons :

  • pour les dessins qui sont très colorés, des couleurs vives et joyeuses, très attirantes pour l’oeil,
  • pour le papier et la couverture dont le toucher est particulièrement agréable,
  • pour les dialogues entre les animaux facilement compréhensibles par l’enfant car ils sont représentés dans une bulle qui identifie clairement chaque animal qui parle.

Ma fille, quant à elle, n’attend que 2 choses avec impatience lorsque je lis ces livres :

  • que je prononce la petite phrase devenue presque un rituel « T’es qui toi ? » lorsqu’on découvre un nouvel animal encore jamais rencontré
  • qu’elle puisse répondre aux questions du quiz après chaque histoire qui commence toujours par : « Allez, on récapépette …euh …on récapitule ! ».

A découvrir de toute urgence par les parents qui souhaitent éveiller la curiosité de leurs plus jeunes enfants. Comment ne pas faire aimer la nature à nos enfants après avoir lu ces deux merveilleux livres ? Je les recommande vivement. A quand le prochain tome ? Nous avons hâte ma fille et moi.

Ces ouvrages m’ont donné envie d’en savoir plus sur les éditions de la Salamandre. Je savais bien évidemment qu’ils proposent des abonnements pour faire découvrir la nature aux enfants et adolescents. Mais j’ai également découvert une mine de « trésors », de nombreux ouvrages sur la nature pour les enfants, les adolescents et les adultes. Je vous invite à les découvrir si, comme moi, vous ne connaissiez pas : https://boutique.salamandre.org/nos-livres.rub-67/

Vous connaissez l’un et/ou l’autre de ces ouvrages ? Vous les avez lus ? Qu’en pensez-vous ?

Citation de la semaine

Cette semaine, mon choix s’est porté sur les dernières lignes du roman de Gaël Faye, Petit pays, un livre bouleversant dont je ferai prochainement une critique :

« Le jour se lève et j’ai envie de l’écrire. Je ne sais pas comment cette histoire finira. Mais je me souviens comment tout a commencé« .

Belle semaine.

Citation de la semaine

« Une vie réussie est une vie que l’on a menée conformément à ses souhaits, en agissant toujours en accord avec ses valeurs, en donnant le meilleur de soi-même dans ce que l’on fait, en restant en harmonie avec qui l’on est, et, si possible, une vie qui nous a donné l’occasion de nous dépasser, de nous consacrer à autre chose qu’à nous-même et d’apporter quelque chose à l’humanité, même très humblement, même si c’est infime. Une petite plume d’oiseau confiée au vent. Un sourire pour les autres« .

L’homme qui voulait être heureux, Laurent Gounelle.

Passez une belle semaine.

Les Gratitudes – Delphine de Vigan

Que dire de ce livre si ce n’est qu’il est trop court et qu’on n’a pas envie d’en rester là. Seulement 3 personnages : Michka, une personne âgée contrainte d’aller habiter en maison de retraite, Marie qui a tissé des liens profonds depuis son enfance avec Michka et Jérôme, l’orthophoniste. Pour ce qui est du résumé, je vous renvoie vers Babelio : https://www.babelio.com/livres/Vigan-Les-gratitudes/1115439).

Ce roman aborde des thèmes essentiels dans nos vies avec toujours plus de délicatesse au fil des pages : la vieillesse, la perte, la déchéance, la mort, les non-dits et bien évidemment la gratitude et la reconnaissance, nous rappelant ainsi qu’il faut exprimer ses sentiments, sans oublier d’exprimer cette envie ou/et cette nécessité de dire merci, avant qu’il ne soit trop tard.

Les mots sont simples mais judicieux. Ce livre est touchant, émouvant, bouleversant. Les sentiments sont exprimés avec tellement de délicatesse au fil des pages. L’auteure décrit si justement les belles rencontres que l’on peut faire durant notre vie ainsi que les liens que l’on peut entretenir avec d’autres personnes. C’est un ouvrage empreint d’une réelle humanité qui incite à un retour à l’essentiel : les relations humaines avec toute cette richesse qu’elles peuvent apporter.

Ce roman ne laisse pas indifférent et lorsqu’on le referme, il nous invite inévitablement à penser à une ou plusieurs personnes avec qui l’on a entretenu des liens imperceptibles parfois insondables et à qui l’on souhaiterait exprimer notre profonde gratitude.

Avec Les Gratitudes, j’ai découvert cette auteure. Et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Ses autres romans feront partie de mes lectures à venir.

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Du phare de Carteret à la plage de la Potinière

Je souhaite vous faire découvrir ma région, mon petit coin de paradis où il fait bon vivre : le Cotentin. Située dans le département de la Manche, c’est un territoire qui mérite d’être davantage connu. A travers les photographies prises durant mes balades et randonnées, vous pourrez découvrir les « trésors » que renferme cette terre riche en histoire et en patrimoine. Mais les sites magnifiques à découvrir sont très nombreux. Et comme je dois bien commencer par l’un d’eux, je commencerai donc par Barneville-Carteret où je me suis rendue récemment.

Commençons par voir où se trouve Barneville-Carteret pour ceux qui ne connaissent pas. C’est une commune de plus de 2 200 habitants située sur la côte ouest du Cotentin dans le département de la Manche en Normandie : https://www.google.fr/maps/place/Barneville-Carteret/

Prenons donc un instant pour découvrir l’un des 4 phares du Cotentin puis empruntons le GR223 autrement appelé le sentier des douaniers pour atteindre la plage de la Potinière que le phare surplombe.

Edifié en 1837 sur la falaise du Cap de Carteret, ce phare a été construit pour guider les navires jusqu’au port de Carteret. Composé d’une tour carrée sur un bâtiment en pierres apparentes, ce phare connaît un agrandissement en 1870 avec la construction de 2 maisons de gardien. Contrairement au phare de Gatteville qui demande un peu d’exercice avec ses 365 marches, le phare de Carteret n’en possède que 38. Automatisé en 1976, il fonctionne encore aujourd’hui. Pour les curieux de patrimoine et d’histoire, il y a un accès gratuit à un espace muséographique et à une salle d’exposition temporaire. Des visites commentées sont également possibles notamment en soirée avec l’allumage du phare. Retrouvez plus d’informations sur https://www.encotentin.fr/patrimoine-maritime/phare-carteret

Situé à 85 mètres au-dessus du niveau de la mer, le phare est un lieu incontournable pour qui souhaite avoir une vue imprenable sur les îles anglo-normandes, en particulier Jersey, et l’archipel des Ecrehou (petit archipel anglo-normand constitué d’îles et de rochers dont certains sont submergés par la marée haute).

Quelque soit la saison où vous irez au Cap de Carteret, vous pourrez y admirer de multiples couleurs fascinantes du ciel et du bord de mer sans cesse différentes. Les photos que je propose ici dans cet article ont été prise le 31 décembre 2020 et vous pourrez constater que le ciel et la mer m’offraient une palette de couleurs exceptionnelle.

Le Cap de Carteret domine d’un côté la plage de la vieille église qui commence au nord du cap et se termine au niveau de la pointe du Rozel, soit plus de 10 kilomètres de sable fin. De l’autre côté, on peut découvrir la plage de Carteret appelée également plage de la Potinière (du même nom que le restaurant situé juste face à la mer).

Suivre le sentier des douaniers pour rejoindre la plage de la Potinière tout en admirant la vue : quel bonheur !

La plage de Carteret est un lieu de rendez-vous incontournable l’été aussi bien pour les touristes et les vacanciers que pour la population originaire du Cotentin. Une cinquantaine de petites cabanes ou chalets qui rappellent la mode des bains de mer de la fin du XIXe siècle fait la particularité et le charme de cette plage de sable fin.

En plus, des paysages magnifiques qu’offre cette station balnéaire, il existe bien d’autres choses à découvrir à Barneville-Carteret, je n’en citerai que quelques-uns : le train touristique du Cotentin qui permet de se rendre au marché de Port-Bail chaque mardi en été ou de partir en balade à la découverte du patrimoine local (https://www.train-touristique-du-cotentin.com/), le site de la vieille église ou encore la goélette Neire Maöve, la « mouette noire » en patois normand (https://www.neiremaove.com/).

Si vous souhaitez davantage d’informations, rendez-vous sur https://mairie.barneville-carteret.fr/ et sur https://www.manchetourisme.com/barneville-carteret.

Citation de la semaine

« Vous êtes-vous jamais demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette.

A qui ?

Au professeur qui vous a guidé vers les livres ?

Au jeune homme qui est intervenu le jour où vous avez été agressé dans la rue ?Au médecin qui vous a sauvé la vie ?

A la vie elle-même ?« 

Les Gratitudes, Delphine de Vigan.

Belle semaine.

Cupidon a des ailes en cartons – Raphaëlle Giordano

J’en avais parlé avant mon déménagement, voici un retour sur ma lecture du 3e roman de l’auteure. Encore un coup de coeur pour ce 2e « rendez-vous » littéraire avec Raphaëlle Giordano ! J’aurais pu lire son 2e roman que j’ai également en ma possession mais lorsque Cupidon a des ailes en carton est paru, j’ai tout de suite été attirée à la fois par la couverture et le sujet de ce livre qui trouvaient écho en moi.

Comme dans son 1er roman, l’auteure propose 2 pistes de lecture pour découvrir cette fois-ci ce qu’est « l’amourability » qui n’est autre que la capacité d’aimer. Bien évidemment, cette réponse est en nous. A nous de la trouver.

Créatif et plein d’énergie, générateur à la fois de rires et de larmes, ce roman est tout aussi agréable à lire que le précédent même si j’avoue que mon imaginaire aurait préféré une autre fin pour le personnage principal … bien que je sache que c’était malgré tout inévitable … Mais je ne dévoile rien, je laisse découvrir celles et ceux qui ne l’auraient pas encore lu.

Cet ouvrage offre bien davantage puisqu’à la fin du livre, Raphëlle Giordano dresse le mode d’emploi du « Love organizer » pour qui éprouve l’envie et/ou le besoin de vivre pleinement en (re)trouvant cette capacité d’aimer pour vivre l’Amour sous toutes ses formes avec un grand A.

Alors à vos stylos !

Pour ma part, j’ai hâte de pouvoir découvrir le 4e roman de Raphaelle Giordano, Le bazar du zébre à pois, qui sort jeudi 14 janvier, c’est-à-dire demain.

Citation de la semaine

Pour cette nouvelle semaine qui débute, voici une citation d’Antoine de St-Exupéry tirée du roman Le Petit Prince qui rappelle une chose pourtant si aisée et évidente mais qu’on a parfois tendance à oublier:

« Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux ».

Excellente semaine à tous.