Petit pays – Gaël Faye

La couverture de ce roman est déjà une invitation au soleil ; elle rappelle les terres africaines du Burundi, pays où Gaël Faye met en scène son personnage Gabriel. Lorsque j’ai lu les premiers chapitres de ce roman, j’ai eu cette étrange impression, même si le pays, les paysages et l’époque diffèrent complètement, de lire le même ressenti que dépeint Marcel Pagnol dans La gloire de mon père lorsqu’il décrit les paysages, les parfums et les ambiances de son enfance. La même insouciance. Nous voilà au Burundi entouré de chaleur, de soleil, de parfums de fleurs et de couleurs vives.

Et puis, subitement, tout bascule. L’auteur dévoile la triste réalité qui déchire son pays en 1993 : la guerre civile, le racisme entre les peuples, les tueries, le génocide. Ce livre est authentique, bouleversant et lorsque l’on le referme, on est loin de passer à autres choses. On ne peut que s’interroger. C’est un livre qui, inévitablement, reste et restera marquant parmi toutes mes lectures.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas une autobiographie de l’auteur. S’il y a quelques similitudes, Gaël Faye n’a pas vécu ces événements tels quels. Né en 1982 à Bujumbura au Burundi d’une mère rwandaise et d’un père français, Gaël Faye passe effectivement son enfance au Burundi jusqu’au déclenchement de la guerre civile au cours de l’année 1993. Il quitte son pays pour rejoindre la France en 1995 et passe son adolescence dans les Yvelines avec sa mère. L’histoire de son personnage Gabriel n’est pas la sienne. Il n’en reste pas moins que Gaël Faye utilise l’écriture pour exprimer la blessure de l’exil et la perte des repères.

En lisant ce livre, on comprend pourquoi Gaël Faye a reçu autant de prix de littérature, qu’il s’agisse du prix Goncourt des lycéens, du prix du premier roman français, du Prix du roman des étudiants France-Culture-Télérama ou encore du Prix Palissy 2017. Auteur-compositeur-interprète, Gaël Faye est sans conteste un poète moderne qui sait utiliser la force des mots pour raconter l’indiscible.

Cette même poésie se retrouve dans sa musique, dans son 1er album Pili-pili sur un croissant au beurre (2013) et en particulier dans la chanson « Petit pays » écrite avant même que l’auteur ressente le besoin de raconter l’histoire de son pays dans un roman. Il y chante l’amour de son pays et sa poésie et sa musique nous transportent au loin vers un pays ensoleillé mais meurtri par les horreurs de son passé. Je ne me lasse pas d’écouter ce titre et je vous invite à le (re)découvrir : https://www.youtube.com/watch?v=XTF2pwr8lYk .

En 2020, le réalisateur et scénariste Eric Barbier co-écrit un scénario avec Gaël Faye et adapte ce roman au cinéma. Je ne l’ai pas encore vu mais j’ai bien l’intention de le regarder pour voir si le cinéaste a réussi à mettre en scène ces ambiances décrites par Gaël Faye dans son roman.

Et vous ? Avez-vous lu le livre ? Avez-vous vu le film ? Connaissez-vous une chanson et/ou les albums de Gaël Faye ? Qu’en pensez-vous ?

Publié par AngieLo

Diplômée en Histoire, je souhaite valoriser et faire découvrir à travers la photographie et les livres le patrimoine culturel et naturel des régions et pays que j'ai pu découvrir au cours de balades, de randonnées ou de voyages. Les lectures et les photos sont un excellent moyen de voyager et d'échanger. Je veux également faire prendre conscience que nous sommes entourés de richesses culturelles et naturelles qui méritent d'être préservées et protégées pour les générations futures. Alors prenez un instant pour visiter ce site et profitez de l'instant présent !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :